THURIOT

Jacques Alexis Thuriot de la Rozière, dit

Age : Né à Sézanne (Marne), 41 ans en thermidor.

Métier : Avocat

Fonction(s) : Elu le 3 septembre 1792 député de la Marne à la Convention nationale ; membre du Comité de salut public du 10 juillet au 20 septembre 1793

Parcours et débuts politiques de Thuriot

Fils d’un maître-charpentier, Thuriot est avocat à Reims. Envoyé comme médiateur par le Comité permanent de l’Hôtel-de-Ville auprès du gouverneur De Launay, il est un protagoniste de la prise de la Bastille en 1789. Il fut à l’origine de mesures prises à l’encontre des émigrés en mars 1792 en tant que député de la Marne à l’Assemblée Législative. Le 10 août il appuya à l’Assemblée l’idée de Danton d’établir des visites domiciliaires(1)cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. V, p. 419 ; Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156.

Thuriot à la Convention jusqu’en Thermidor

Réélu par son département à la Convention, il défendit Merlin de Thionville et Rewbell après la prise de Mayence(2)cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. V, p. 419.

Il soutient la création du Comité de salut public en avril 1793 aux côtés de Danton et Lecointre(3)cf. Raphaël MATTA-DUVIGNEAU, Gouverner, administrer révolutionnairement : le comité de salut public, L’Harmattan, 2013, p. 57.

Il intègre le Comité de salut public pour former brièvement un noyau dantoniste avec Hérault-Séchelles. Se sentant isolé au sein du comité rénové que Danton refuse de rejoindre, il en démissionne en septembre 1793(4)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156.

Le 20 brumaire an II (10 novembre 1793), il appuie Chabot qui demande qu’aucun député ne soit arrêté sans l’accord de la Convention. Deux jours plus tard néanmoins, le décret qui avait été voté dans ce sens est cassé(5)cf. Michel BIARD, La liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795 pp. 77-78, Taillandier, 2015. Le lendemain, il est exclu des Jacobins sous la pression des hébertistes.

Il est proche du négociant en draps et chef de la 29e division de gendarmerie Hesmart, nommé général provisoire des forces armées le 9 thermidor(6)cf. Arthur BIREMBAUT, Hesmart et son rôle au 9 thermidor, p. 309 ; Un chapitre inédit du 9 Thermidor, AHRF 1959, p. 32.

Le 8 germinal an II, un juré du Tribunal Révolutionnaire, François Thoumin, l’entendit tenir à la Convention des propos hostiles à Robespierre en compagnie du député Lacroix, qui sera guillotiné avec les dantonistes une semaine plus tard. Le lendemain, Thoumin rapporta l’épisode auprès de son collègue Duplay et le 18 du même mois au juge du Tribunal Révolutionnaire Scellier(7)cf. R. COBB, Glanes, AHRF 1950, pp. 64-65.

Thuriot pendant le 9-Thermidor

Durant la première séance de la Convention

Elu vice-président(8) Se renseigner sur le règlement qui encadre l’élection des vices-présidents, cf. chapitres VI et VII du règlement de la Convention ;  Louis MORTIMER-TERNAUX, Histoire de la Terreur, 1792-1794 vol. 4, p. 475 de la Convention le 1er thermidor (19 juillet), il est celui qui remplace le plus souvent Collot d’Herbois à la présidence de l’assemblée.

Il couvre les tentatives de Robespierre de prendre la parole au cours de la séance du 9 thermidor(9)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156.

Dans ses Mémoires, Barras lui attribue la réplique lancée à Robespierre: « le sang de Danton (…) t’étouffe ! »(10)cf. European Studies Review, 1975, M. LYONS, The 9 Thermidor : Motives and Effects, p. 130, d’après Mémoires de Barras, Hachette, 1895, t. I, p. 186. Toutefois, cette apostrophe qui n’apparaît ni dans le procès verbal ni dans les journaux de l’époque ayant rapporté tout ou partie des débats, fut antérieurement attribuée à Garnier de l’Aube ainsi qu’à Legendre(11)cf. G. V. VASSELIN, Mémorial révolutionnaire de la Convention, Paris, an V [1797], t. III, pp. 382-383, sous une forme légèrement différente : « Tais-toi, ta bouche est pleine du sang de Danton ».

Présidant l’assemblée quand les députés robespierristes sont décrétés d’arrestation, Thuriot s’entretient avec Mulot d’Auger, chef de la 5e légion alerté dans sa section par le son de la batterie de la générale. Il lui recommande de veiller à la sûreté des bâtiments publics sous son autorité et de ne pas obéir aux ordres d’Hanriot. A Mathis, chef de la 3e légion venu ensuite pour les mêmes motifs et qui lui fait part de la convocation de la Commune, il lui répond : « C’est justement ce que la Convention veut empêcher », avant d’en alerter le Comité de salut public(12)Avant Sainte-Claire Deville, Martel avait situé ce dernier épisode après la clôture de la séance. Cf. Arnaud-Louis-Raoul de MARTEL, Types révolutionnaires. Etudes sur Fouché t. 2, Plon, 1879, pp. 161-162; Paul SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, Paris, Plon, 1946, pp. 204-205, d’après A. N., AFII  47, pl. 367, 41 (Rapport de Mulot).

Il aurait fort moins bien reçu l’huissier de la Convention Courvol, revenu de la Commune où il avait été retenu plusieurs heures après avoir remis un décret de comparution à la barre de la Convention à Payan, Fleuriot-Lescot et Hanriot : « Allez vous faire f…. laisse-moi tranquille : tant pis pour vous. »(13)cf. Edme-Bonaventure COURTOIS, Rapport (…) sur les événements du 9 thermidor…, Paris, de l’Imprimerie nationale, floréal an IV, Pièces justificatives, n°XXXV, p. 199

Soirée du 9 thermidor

Présidant la seconde séance de la journée à son ouverture, Thuriot alerte ses collègues sur la lettre d’Hanriot demandant aux commandants de section d’envoyer 400 hommes à la Commune, après que Bourdon de l’Oise et Merlin de Thionville aient alerté la Convention sur le début d’insurrection(14)cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, pp. 588, d’après le Courrier universel, n°940.

Quand l’insurrection municipale se confirme (irruption de Coffinhal au Comité de sûreté générale, libération d’Hanriot…), Thuriot l’interprète comme la confirmation du complot dont on accusait Robespierre : « Ce matin, avant neuf heures (…), les ordres étaient donnés, la force armée était provoquée contre la Convention ». Il réclame dès lors les mesures les plus radicales pour en venir à bout(15)cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, p. 590.

Quand la défaite de la Commune est assurée, il manifeste à plusieurs reprises de l’empressement à ce que Robespierre soit exécuté le plus promptement possible :

  • Pendant la nuit du 9 au 10, quand son collègue Charlier propose de le faire comparaître : « Le cadavre d’un tyran ne peut porter que la peste ; la place qui est marquée pour lui et ses complices est la place de la Révolution : il faut que les deux Comités prennent les mesures nécessaires pour que le glaive de la loi les frappe sans délai… » (Elie Lacoste n’officialisera que le lendemain le retour de la guillotine à son lieu le plus emblématique)(16)cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, p. 593 ; Réimpression de l’ancien Moniteur, t. XXI, Paris, Plon, 1861, p. 342 ; Françoise BRUNEL, 1794. Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 108 ; P. SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, pp. 315-316.
  • Durant la séance matinale du 10 thermidor, où il évoque la rumeur de Robespierre roi : « Nous sommes tellement instruits de la scélératesse de nos ennemis, que nous savons que Robespierre était en mesure pour se faire proclamer roi à Lyon et dans d’autres communes de la République. »(17)cf. Françoise BRUNEL, 1794. Thermidor. La chute de Robespierre, p. 107 ; B. BACZKO, Comment sortir de la Terreur pp. 24-25, Gallimard, 1989

Thuriot durant l’époque thermidorienne

Les 12 et 13 fructidor an II, il combat l’offensive d’un autre dantoniste, Lecointre, contre sept anciens membres des Comités de salut public et de sûreté générale, demandant le passage à l’ordre du jour à la première séance, puis le lendemain en attaquant violemment l’intégrité de Lecointre(18)cf. Laurent LECOINTRE, « Les crimes des sept membres des anciens Comités de salut public et de sûreté générale (…) », an III, p. 36. En prairial an III, il se solidarise avec les derniers Montagnards ce qui entraine sa mise en accusation, auquel il se soustrait en se cachant.

Sieyès, dont il est resté proche, l’aide à retrouver une place dans la magistrature sous l’Empire(19)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156.

Réferences

Réferences
1 cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. V, p. 419 ; Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156
2 cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. V, p. 419
3 cf. Raphaël MATTA-DUVIGNEAU, Gouverner, administrer révolutionnairement : le comité de salut public, L’Harmattan, 2013, p. 57
4, 9, 19 cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 156
5 cf. Michel BIARD, La liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795 pp. 77-78, Taillandier, 2015
6 cf. Arthur BIREMBAUT, Hesmart et son rôle au 9 thermidor, p. 309 ; Un chapitre inédit du 9 Thermidor, AHRF 1959, p. 32
7 cf. R. COBB, Glanes, AHRF 1950, pp. 64-65
8 Se renseigner sur le règlement qui encadre l’élection des vices-présidents, cf. chapitres VI et VII du règlement de la Convention ;  Louis MORTIMER-TERNAUX, Histoire de la Terreur, 1792-1794 vol. 4, p. 475
10 cf. European Studies Review, 1975, M. LYONS, The 9 Thermidor : Motives and Effects, p. 130, d’après Mémoires de Barras, Hachette, 1895, t. I, p. 186
11 cf. G. V. VASSELIN, Mémorial révolutionnaire de la Convention, Paris, an V [1797], t. III, pp. 382-383, sous une forme légèrement différente : « Tais-toi, ta bouche est pleine du sang de Danton »
12 Avant Sainte-Claire Deville, Martel avait situé ce dernier épisode après la clôture de la séance. Cf. Arnaud-Louis-Raoul de MARTEL, Types révolutionnaires. Etudes sur Fouché t. 2, Plon, 1879, pp. 161-162; Paul SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, Paris, Plon, 1946, pp. 204-205, d’après A. N., AFII  47, pl. 367, 41 (Rapport de Mulot)
13 cf. Edme-Bonaventure COURTOIS, Rapport (…) sur les événements du 9 thermidor…, Paris, de l’Imprimerie nationale, floréal an IV, Pièces justificatives, n°XXXV, p. 199
14 cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, pp. 588, d’après le Courrier universel, n°940
15 cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, p. 590
16 cf. Archives Parlementaires, t. XCIII, p. 593 ; Réimpression de l’ancien Moniteur, t. XXI, Paris, Plon, 1861, p. 342 ; Françoise BRUNEL, 1794. Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 108 ; P. SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, pp. 315-316
17 cf. Françoise BRUNEL, 1794. Thermidor. La chute de Robespierre, p. 107 ; B. BACZKO, Comment sortir de la Terreur pp. 24-25, Gallimard, 1989
18 cf. Laurent LECOINTRE, « Les crimes des sept membres des anciens Comités de salut public et de sûreté générale (…) », an III, p. 36
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.