LINDET

Jean-Baptiste Robert Lindet

Age : Né à Bernay (Eure), 48 ans en thermidor.

Adresse :  68, rue de la Sourdière.

Métier : Avocat

Fonctions : Député de l’Eure, membre du Comité de salut public du 6 avril 1793 au 7 octobre 1794

Origine et parcours de Robert Lindet

Issu d’une famille de notables à Bernay, il est avocat dans cette ville dont il devient maire en 1790. Il joua un rôle important dans l’organisation du futur département de l’Eure, pour lequel il est élu à l’Assemblée Législative en 1791 puis à la Convention l’année suivante.
Il appartient avec Barère, Guyton-Morveau ou Prieur de la Côte-d’Or au tiers-parti qui se rallie finalement aux Montagnards au début de l’année 1793. Il participe à l’élaboration du Tribunal révolutionnaire(1)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, pp. 132-133 ; A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, pp. 163-164.

Membre du Comité de salut public

Nommé au premier Comité de salut public en remplacement de Debry, il effectue une mission de conciliation à Lyon en juin 1793, puis une mission de pacification dans l’Eure et le Calvados, atteints par la révolte fédéraliste. Il s’y conduisit avec une certaine modération.
Chargé au sein du Comité des questions de subsistance et de finances, il se tient souvent à l’écart des séances et des rivalités collectives(2)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, pp. 132-133 ; A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, p. 164.

Avec Cambon, Dupuis, Moyse Bayle et Du Barran, il est chargé le 9 nivôse an II par le Comité de salut public, le Comité de sûreté générale et le Comité des Finances de surveiller la commission formée de dix banquiers et agents de change, à la tête de laquelle se trouve le banquier suisse Perregaux, de recenser et de collecter ces créances pour le Trésor public(3)cf. Annales révolutionnaires 1920, A. MATHIEZ, Encore le banquier Perregaux, p. 238.

Robert Lindet à l’approche de Thermidor

Bien que faisant partie, avec Carnot de Prieur de la Côte-d’Or Dans ses mémoires polémiques publiés aux lendemains de l’événement, Lecointre fait de Lindet le seul membre des comités de gouvernement qui aurait retardé la création des quatre Commissions populaires manquantes avant et pendant les séances des 4 thermidor et 5 thermidor(4)cf. A. MATHIEZ, Girondins et Montagnards chap. VI, p. 143 ; Laurent LECOINTRE Les cimes des sept membres (…), p. 185. Dans Robespierre peint par lui-même et condamné par ses propres principes (…), paru aux lendemains de l’événement, le même Lecointre témoigne encore avoir soumis à Lindet le 6 thermidor son projet d’acte d’accusation contre Robespierre, lequel lui aurait recommandé d’attendre encore quelques temps(5)cf. L. LECOINTRE, Robespierre peint par lui-même et condamné par ses propres principes, ou dénonciation des crimes de Maximilien-Marie-Isidore Robespierre (…), et projet d’acte d’accusation, impr. de Rougyff, s.d., p. 4.

Lindet après Thermidor

Durant l’époque thermidorienne, Lindet défend à plusieurs reprises l’action du gouvernement de l’an II, notamment son « Rapport sur la situation de la République » de septembre 1794 et son discours de mars 1795 (2 germinal an III). Impliqué dans les émeutes de prairial an III, il est  vivement attaqué par Gouly et Dubois-Crancé(6)cf. A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, p. 164, brièvement incarcéré puis amnistié en novembre 1795. Ayant participé à la conjuration babouviste, il doit se cacher à Caen. Revenu en grâce à la fin du Directoire, il est brièvement ministre des Finances jusqu’au coup d’Etat de brumaire, qui marque la fin de son activité politique(7)cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 133.

Share

Réferences   [ + ]

1. cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, pp. 132-133 ; A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, pp. 163-164
2. cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, pp. 132-133 ; A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, p. 164
3. cf. Annales révolutionnaires 1920, A. MATHIEZ, Encore le banquier Perregaux, p. 238
4. cf. A. MATHIEZ, Girondins et Montagnards chap. VI, p. 143 ; Laurent LECOINTRE Les cimes des sept membres (…), p. 185
5. cf. L. LECOINTRE, Robespierre peint par lui-même et condamné par ses propres principes, ou dénonciation des crimes de Maximilien-Marie-Isidore Robespierre (…), et projet d’acte d’accusation, impr. de Rougyff, s.d., p. 4
6. cf. A. ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. IV, p. 164
7. cf. Bernard GAINOT, Dictionnaire des membres du Comité de salut public, Taillandier, 1990, p. 133