HÉRON

François Héron

Âge : Né à Saint-Lunaire (Ille-et-Villaine), 48 ans en thermidor.

Adresse : 3 rue (St-)Florentin, n°3

Métier : Marin

Fonction : Agent du Comité de sûreté générale

Héron agent du Comité de sûreté générale

Héron disposait de son propre local rue de la Loi (actuelle rue Richelieu)(1)cf. Michel EUDE, Le comité de sûreté générale de la Convention, in « L’Etat et sa police en France (1789-1914) », 1979, Droz, p. 19.

Dans son mémoire d’autodéfense, il prétend avoir été un proche de Marat et l’ami de Dugommier(2)cf. Albert MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 480.

Ses collègues Dossonville et Sénard l’ont décrit comme une créature de Robespierre(3)cf. Arne ORDING, Le Bureau de police du Comité de salut public : étude sur la Terreur, Oslo, J. Dybwad, 1930, pp. 107-109 ; A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 480 d’après F7 4403, qui de fait empêcha son arrestation le 30 ventôse an II (20 avril 1794). Elle fut en effet demandée par Bourdon de l’Oise et Panis (ancien membre du Comité de sûreté générale), qui lui reprochèrent de rançonner les citoyens auxquels il avait affaire(4)cf. R. COBB, Les témoignages de Rühl, AHRF 1955 p. 113 ; Réimpression de l’ancien Moniteur, t. XX, p. 6. Avec Sénard, il a toutefois procédé à l’arrestation de Catherine Théot(5)cf. A. ORDING, Le Bureau de police du Comité de salut public : étude sur la Terreur, Oslo, J. Dybwad, 1930, p. 108 et confirme même dans son mémoire d’autodéfense avoir découvert les lettres que celle-ci aurait adressé à l’Incorruptible(6)cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 481, d’après F7 4403.
Il aurait vainement demandé à son collègue qu’il fasse figurer le nom de son épouse dans un complot aristocratique(7)cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 876.

Héron pendant le 9 thermidor

S’étant présenté à la Commune accompagné de Pillé et de Rigogne pour arrêter Hanriot, Héron déclara avoir eu beaucoup de mal à parvenir à lui étant donné une forte quantité d’hommes en armes stationnés devant le secrétariat général de l’état major. Y étant finalement parvenu, il aurait été capturé aux alentours de 15 h. après avoir fait connaître les motifs de sa venue. Il prétendit qu’Hanriot lui aurait fait croire qu’il allait le tuer, avant de se raviser et de l’envoyer, avec ses adjoints dans la prison militaire rue du Bouloi(8)cf. P. SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, Paris, Plon, 1946, pp. 203-204, citant les pièces aux A.N. : AF II 47, pl. 368 pièce 29, et F7 4743 ; A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 481-482, où les rejoignit le citoyen Paté qui avait de son côté été chargé d’arrêter Payan. Ils seront tous libérés sur ordre du Comité de sûreté générale environ trois heures plus tard(9)cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 482-483.

Il est de nouveau arrêté le 15 thermidor, et ne fut remis en liberté qu’à la séparation de la Convention en brumaire an IV(10)cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 480, 483.

Share

Réferences   [ + ]

1. cf. Michel EUDE, Le comité de sûreté générale de la Convention, in « L’Etat et sa police en France (1789-1914) », 1979, Droz, p. 19
2. cf. Albert MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 480
3. cf. Arne ORDING, Le Bureau de police du Comité de salut public : étude sur la Terreur, Oslo, J. Dybwad, 1930, pp. 107-109 ; A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 480 d’après F7 4403
4. cf. R. COBB, Les témoignages de Rühl, AHRF 1955 p. 113 ; Réimpression de l’ancien Moniteur, t. XX, p. 6
5. cf. A. ORDING, Le Bureau de police du Comité de salut public : étude sur la Terreur, Oslo, J. Dybwad, 1930, p. 108
6. cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 p. 481, d’après F7 4403
7. cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 876
8. cf. P. SAINTE-CLAIRE DEVILLE, La Commune de l’an II. Vie et mort d’une assemblée révolutionnaire, Paris, Plon, 1946, pp. 203-204, citant les pièces aux A.N. : AF II 47, pl. 368 pièce 29, et F7 4743 ; A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 481-482
9. cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 482-483
10. cf. A. MATHIEZ, La vie de Héron racontée par lui-même, AHRF 1925 pp. 480, 483

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *