BOURDON de L'OISE

François Louis Bourdon, dit

Age : Né au Rouy-le-Petit, 36 ans en Thermidor

Adresse : Rue des Saint-Pères

Métier : Procureur au Parlement de Paris

Fonction(s) : Elu (?) député de l’Oise à la Convention, membre du Comité de sûreté générale après Thermidor

Election à la Convention de Bourdon de l’Oise

Bourdon de l’Oise devrait son poste de député grâce à la faveur de la double élection de Léonard Bourdon dans l’Oise et dans le Loiret, qui choisit ce dernier département. Profitant de l’absence de prénom dans la candidature déposée dans l’Oise, son homonyme aurait réussi à s’y faire reconnaître à sa place(1)cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 596.

Activité parlementaire

A la suite d’autres proches de Danton (le président du département de Paris Dufourny, Fabre d’Eglantine), il dénonce en décembre 1793 Hérault de Séchelles, à son retour de mission en Alsace, de liens avec l’étranger(2)cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. III, p. 340.

Lors des discussions autour du décret du 14 frimaire, il proposa, conjointement avec Merlin de Thionville, de supprimer les ministres. Robespierre fera échouer cette proposition (qui sera finalement adoptée quatre mois plus tard) alors que ceux-ci ne réussirent pas, durant les deux journées suivantes, de faire échouer à leur tour son projet de décret sur la liberté des cultes(3)cf. P.-J.-B. BUCHEZ & P.-C. ROUX, Histoire parlementaire de la Révolution (…), t. XXX, Paris, 1837, pp. 345-346.

Il fut par la suite exclu des Cordeliers et faillit l’être des Jacobins(4)cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 597.

Fin prairial, après s’être vivement opposé à la Convention à la loi du 22 prairial défendue par Robespierre et Couthon, il aurait confié à l’avocat Berryer père qu’entre lui et l’Incorruptible s’était engagé un duel à mort, et lui aurait montré le large coutelas avec lequel, similairement à Tallien, il entendait le frapper(5)cf. AHRF 1927, Albert MATHIEZ, Notes & glanes, pp. 166-167, citant La vie au barreau, mémoires de P.N. Berryer, p. 123 & suiv. ; A. MATHIEZ, Girondins et montagnards, chap. VI, p. 154.

Le 23 messidor, le représentant Gillet, en mission dans le Brabant, expédie au Comité de salut public trois exemplaires du Mercure universel dont le n°361, où Bourdon de l’Oise et Tallien sont considérés « par nos féroces ennemis comme les champions de la faction qui doit, suivant eux, renverser le Comité de Salut public. »(6)cf. A. MATHIEZ, Autour de Robespierre chap. VIII, p. 169.

Pourtant, dans leur Réponse aux imputations de Laurent Lecointre, Barère, Billaud-Varenne, Collot d’Herbois et Vadier revendiquent d’avoir mis Bourdon de l’Oise à l’abri de toute recherche sur la question des persécutions religieuses, ainsi que Fouché, Dubois-Crancé et Tallien(7)cf. La Révolution française, revue d’histoire moderne & contemporaine t. XXXIV, 1898, réimpression de la Réponse de Barère, Billaud-Varenne, Collot d’Herbois et Vadier aux imputations de Laurent Lecointre, pp. 65-66.

Bourdon de l’Oise après le 9 Thermidor

Lors des séances des 12 et 13 fructidor, Bourdon fit partie de ceux qui s’opposant aux accusations de Lecointre contre Collot d’Herbois, Amar, Barère, Billaud-Varenne, Voulland, David et Vadier, auraient déclarés que cette attaque ne visait non seulement la Convention mais la nation toute entière(8)cf. L. LECOINTRE, « Les crimes des sept membres des anciens Comités de salut public et de sûreté générale (…) », an III, pp. 30, 34.

Ruamps, le 6 germinal an III, témoigna de son ancienne proximité avec Bourdon de l’Oise, à une époque où celui-ci était proscrit par Robespierre(9)cf. A. MATHIEZ, Girondins et montagnards chap. VI, pp. 167-168.

Bourdon de l’Oise s’illustrera ensuite par son acharnement à l’encontre des derniers Montagnards Châles, Choudieu et Romme(10)cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 597.

Share

Réferences   [ + ]

1. cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 596
2. cf. A ROBERT, E. BOURLOTTON & G. COUGNY, Dictionnaire des parlementaires français (…) de 1789 à 1889 t. III, p. 340
3. cf. P.-J.-B. BUCHEZ & P.-C. ROUX, Histoire parlementaire de la Révolution (…), t. XXX, Paris, 1837, pp. 345-346
4, 10. cf. J. TULARD, J.-F. FAYARD et A. FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Robert Laffont, 1987, p. 597
5. cf. AHRF 1927, Albert MATHIEZ, Notes & glanes, pp. 166-167, citant La vie au barreau, mémoires de P.N. Berryer, p. 123 & suiv. ; A. MATHIEZ, Girondins et montagnards, chap. VI, p. 154
6. cf. A. MATHIEZ, Autour de Robespierre chap. VIII, p. 169
7. cf. La Révolution française, revue d’histoire moderne & contemporaine t. XXXIV, 1898, réimpression de la Réponse de Barère, Billaud-Varenne, Collot d’Herbois et Vadier aux imputations de Laurent Lecointre, pp. 65-66
8. cf. L. LECOINTRE, « Les crimes des sept membres des anciens Comités de salut public et de sûreté générale (…) », an III, pp. 30, 34
9. cf. A. MATHIEZ, Girondins et montagnards chap. VI, pp. 167-168

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *